Reconnaissance faciale
Maxime Dobremel

Passionné de communication et de nouvelles technologies, j’aide les restaurateurs à augmenter leur valeur tout en réduisant leurs coûts grâce des services dédiés et un programme de formation.

La reconnaissance faciale biométrique est une des innovations technologiques majeures. Les derniers smartphones en sont d’ailleurs déjà équipés. Pour déverrouiller son téléphone ou valider certaines actions, le visage du propriétaire suffit. Quelle est aujourd’hui son utilisation dans les restaurants ?

Une commande générée en fonction du client

Commençons notre tour d’horizon aux Etats-Unis. Caliburger, une chaîne de restauration rapide, test depuis le début d’année la reconnaissance faciale biométrique, NeoFace, sur ses bornes de commande. Lorsque le client choisit son menu, le logiciel enregistre son visage et lui crée un compte. Plus besoin de carte de fidélité ou d’entrer son adresse e-mail. Le système reconnaît la personne automatiquement et lui propose un parcours d’achat 100% personnalisé. La chaîne de restaurants KFC a également pris le chemin de la reconnaissance faciale. Associée avec le géant de la technologie chinoise Baidu, elle a intégré dans l’un de ses restaurants de Pékin un ordinateur doté de cet outil. Il permet non seulement de reconnaître les clients fidèles, mais aussi de leur proposer des menus en fonction de leur âge et de leur sexe.

commande KFC

Borne de commande KFC en reconnaissance faciale biométrique (Pékin)

En France, Crown Heights, par exemple, a développé une solution de ce type, appelée See-me. Après avoir détecté le client, la caméra analyse l’âge, le sexe et même l’émotion du client. Ainsi, il lui diffuse un contenu lui correspondant. Côté back office, des statistiques de « profils » remontent. Vous pouvez ainsi déceler qui sont vos clients et, notamment, lesquelles vous sont les plus rémunérateurs. Une information clé qui est la base de votre stratégie d’entreprise.

Un paiement ludique et dans l’ère du temps

La reconnaissance biométrique faciale peut également être utilisée au moment du paiement. Cette phase est la moins utile dans votre expérience client. L’objectif est donc de trouver des solutions pour la rendre ludique.

Le groupe Yum (propriétaire de KFC ou encore Pizza Hut en Chine) s’est associé avec Alipay (système de paiement mobile du géant e-commerce chinois Alibaba). Ensemble, ils ont conçu une technologie permettant de payer via la reconnaissance faciale. Concrètement, le terminal de commande compare les visages des clients avec la photo présente sur leurs comptes Alipay pour valider le paiement. Plus de 600 informations faciales sont analysées. Le logiciel utilise une caméra 3D afin de s’assurer que les utilisateurs ne tentent pas d’usurper un compte avec une simple photographie.

Paiement en reconnaissance faciale biométrique chez KFC

Retrouvez la vidéo démo en cliquant ici.

En France, Ingenico, le leader du marché des terminaux de paiement, développe aussi une technologie de ce type.

J’insère la carte de paiement dans le terminal, mais au lieu de taper les quatre chiffres habituels, j’ai juste à me mettre devant le terminal. Il y a une petite caméra qui est juste là, je vais me mettre devant le terminal, je vais m’approcher, et il va vérifier si c’est bien moi. Si c’est le cas, il va me dire ‘paiement effectué’

Vincent Ducrohet, en charge du marketing stratégique au sein de la cellule innovations d’Ingenico.

Contrôlez vos accès sensibles

Côté cuisine, la reconnaissance faciale peut être un outil vous permettant de gagner en efficacité, hygiène et sécurité. En effet, les accès aux zones sensibles (cave, chambres froides, bureaux, caisse…) peuvent être contrôlés par l’installation d’un terminal biométrique de reconnaissance faciale 3D. L’avantage de ne pas devoir taper un code, utiliser une clé/un passe ou bien son empreinte digitale est principalement hygiénique. Vos cuisiniers et serveurs n’auront pas besoin d’utiliser leurs mains pour déverrouiller les accès. Vous pouvez, par exemple, trouver des solutions sur le site de Kimaldi pour étudier les faisabilités dans votre point de vente.

Exemple de produit Kimaldi.

Un outil entre bénéfices et dangers

La reconnaissance biométrique faciale est un outil d’avenir, déjà utilisé par les détenteurs des derniers smartphones. Assurément, il va très vite rendre obsolète les codes de validation ou bien encore les cartes de fidélité. Au delà d’être ancré dans le quotidien de vos clients/salariés, il présente de nombreux avantages. Il renforce la sécurité, améliore l’hygiène mais permet également de récolter des informations précieuses. Il permettra de connaître l’âge, le sexe voir même les émotions de vos meilleurs clients, ceux qui vous apportent le plus d’argent. Ces informations sont les bases pour améliorer votre offre et vos services et leur délivrer une expérience qu’ils considèreront comme unique (et donc, pour laquelle ils seront prêts à payer plus cher). Pour aller plus loin sur ce sujet, vous pouvez retrouver des conseils pour augmenter votre valeur tout en réduisant vos coûts au Potager d’Idées.

Le côté sombre de la reconnaissance biométrique faciale est toujours le problème de confidentialité des informations récoltées par les tiers. KFC et Baidu n’indiquent pas ce qu’ils font des données des clients qui sont passés devant leurs bornes. Aussi, cette technologie est très développée en Chine car l’État a mis à disposition des experts du secteur, une large base de données d’images issues des photos d’identité des citoyens. Cela nourrit toujours davantage les serveurs remplis de datas, permettant d’observer les citoyens de plus en plus précisément…

 

Sources : 1, 2, 3, 4, 5 et 6