comment recruter du personnel dans la restauration
Géraldine Malet

Géraldine met sa passion pour le web, l’écriture, le marketing et la communication au service des entrepreneurs de la restauration.

Il fut un temps où pour recruter un serveur, un chef ou un commis, les restaurateurs devaient publier des petites annonces dans la presse, faire appel aux services d’un cabinet de recrutement spécialisé ou encore s’appuyer sur le bouche à oreille en espérant trouver la perle rare…
Mais comme on le dit désormais si souvent, « ça, c’était avant » . Aujourd’hui, le recrutement se modernise, se digitalise voir même, il s’ubérise !

Abracadabra, Job minute, Brigad, Cookorico… toutes ces start-up proposent une solution de e – recrutement d’extras aux hôteliers et restaurateurs. Seule Recrute Minute a fait du e – recrutement de longue durée sa spécialité.

Alors qu’elle vient tout juste d’annoncer son partenariat avec le Synhorcat, nous avons voulu en savoir plus sur cette solution « mi-digitale / mi-humaine » qui en deux ans, a permise à 700 candidats de trouver un CDI.

Rencontre avec Thomas Campocasso, l’un des deux co-fondateurs de Recrute Minute.

Thomas Campocasso et Paul Dutilloy

Thomas Campocasso et Paul Dutilloy, co-fondateurs Recrute Minute

Comment fonctionne Recrute Minute ?

Recrute Minute est un peu comme une cvthèque améliorée. Sur la plateforme dédiée, l’hôtelier ou le restaurateur rentre ses critères, lance sa recherche, puis l’algorithme (similaire à celui des sites de rencontre comme Tinder) recherche alors les profils inscrits sur la base de données qui correspondent à 100% aux exigences du recruteur. En quelques secondes, le « matching » se fait, et l’algorithme lui soumet les 15 profils les plus adaptés à sa recherche.
Les 15 candidats reçoivent de leur côté une proposition par SMS et par email, du type : « Le restaurant xxxxx, établissement situé à 75006, a sélectionné votre profil pour un poste de Chef de partie (1800€ net/mois, en coupure). Etes-vous intéressé(e) par ce poste ? Répondez par OUI ou NON » .
Si le candidat répond positivement, le recruteur est averti par email, et voit alors la fiche du candidat s’afficher dans son espace personnel. Il peut ensuite se mettre en contact direct avec lui, afin de convenir d’un rendez-vous pour un entretien.

plateforme recrutement recrute minute

Critères de recherche proposés aux restaurateurs sur la plateforme

Combien coûte Recrute Minute ?

Notre business model repose sur deux piliers : le site internet et la cellule Ressources Humaines, dont les clients peuvent disposer plus ou moins librement selon l’abonnement qu’ils choisissent. Avec la formule à 190€, ils peuvent avoir un accès illimité à notre site Internet pendant un mois, et faire appel à notre cellule RH une fois. Avec la formule à 890€, ils peuvent profiter d’un accès illimité au site et à la cellule RH pendant une année complète.

Et si je suis à la tête de 3 établissements ?

Vous devrez payer un abonnement par établissement, mais vous bénéficierez d’un tarif dégressif, à négocier au cas par cas.

La cellule RH ne faisait pas partie de votre offre de départ. Pourquoi l’avoir intégrée ?

Quand on a imaginé Recrute Minute, on voulait ubériser le marché du recrutement en CHR, et aider les restaurateurs a trouver les meilleurs candidats possibles sans aucune intervention humaine. Mais en réalité, 70% de nos clients nous sollicitaient : on faisant donc le travail « à leur place », le tout pour une tarification extrêmement basse de 90€. Aujourd’hui, nos clients ont le choix d’effectuer leurs recherches par eux-mêmes, ou de faire appel à la cellule RH pour les accompagner dans leurs besoins en recrutement. Nous avons aussi intégré cette cellule RH pour améliorer le taux de recrutement, grâce à un meilleur suivi des candidats et à des entretiens préliminaires effectués avec chacun d’eux.

Quelles sont les missions de cette cellule RH ?

Toutes les missions qui permettent de soulager nos clients pour qu’ils puissent se concentrer sur leur cœur de métier : elle contacte les 450 nouveaux candidats qui s’inscrivent chaque mois sur la plateforme afin de compléter et valider leurs profils, coache les candidats avant leurs entretiens, répond aux demandes des clients,… Une équipe de quatre personnes se dédie aujourd’hui à temps plein à toutes ces missions.

Pratiquez-vous le référencement auprès d’anciens employeurs ?

Cela nous arrive pour des postes à responsabilité ou quand l’employeur fait partie du réseau Recrute Minute. Nous considérons néanmoins qu’il n’est pas toujours utile et pertinent de le faire : les employeurs peuvent confondre les candidats ou avoir un avis faussé après coup, même si le candidat était compétent. Ce n’est donc une pratique systématique.

Comment garantissez-vous la fiabilité et la qualité des candidats inscrits sur votre plateforme ?

Nous utilisons notre propre grille d’évaluation, qui nous permet de valider l’adéquation du profil avec les besoins et les exigences de nos clients au cours d’un entretien téléphonique.
Nous avons également mis en place un certain nombre de partenariats avec des établissements formateurs dans le secteur CHR comme le CFA Mederic, le Lycée polyvalent Albert de Mun, le Greta ou encore l’Ecole de Paris des Métiers de la Table. Ces étudiants sont nos candidats de demain : ils sont par nature plus qualifiés et plus motivés que ceux qui « atterrissent » par hasard dans ce métier, ou qui recherchent juste un job d’été.
Lorsqu’aucun profil de notre base ne matche à 100% les critères de recherche du client, nous faisons du sourcing de CV, que nous rapatrions ensuite sur notre site Internet, afin de pouvoir proposer un entretien au candidat.
On s’engage sur une double responsabilité : vis-à-vis de nos clients d’abord, mais aussi de nos candidats. On ne peut en effet pas se permettre d’envoyer un candidat à dix entretiens dans dix établissements si à la fin, il n’est recruté nulle part. Ce serait le signe que nous n’avons pas bien cerné son profil ou les attentes du client. Alors quand un restaurateur fait appel à la cellule RH, on lui envoie des profils qui ont 80% de chances d’être recrutés.

Qui sont vos clients ?

Nous travaillons aussi bien pour des restaurateurs que des hôteliers, même si aujourd’hui, 80% de notre clientèle et de nos candidats sont plutôt issus de la restauration : traditionnelle, bistronomique, brasserie ou fast food « de luxe »: tous les univers de la restauration sont représentés, à l’exception peut-être de la restauration très typée comme la restauration asiatique ou japonaise. Nous comptons parmi nos clients des enseignes comme La Maison Burger, Roomies, La Closerie des Lilas, Fratellini Caffè, La Maison Boudon, La Villa Corse ou encore Le Pavillon Baltard.

Comment vous faites-vous connaitre des hôteliers et restaurateurs ?

Jusqu’ici, c’est surtout le bouche à oreille qui nous a permis de nous faire connaitre. Mais cette année, nous avons une grande nouveauté qui devrait nous permettre d’améliorer notre notoriété auprès des restaurateurs. Nous avons mis en place un partenariat avec le Synhorcat : les 10 000 adhérents pourront désormais profiter d’un tarif préférentiel de -10%. En 2017, nous avons travaillé avec 350 établissements de Paris et d’Île de France. Avec ce partenariat, nous espérons pouvoir recruter de 300 à 600 nouveaux clients en 2018.

synhorcat partenaire recrute minute

Envisagez-vous de vous déployer dans d’autres villes de France ?

On aimerait pouvoir se développer dans d’autres marchés comme Lyon mais cela nécessiterait de construire une base de candidats aussi solide que celle que nous avons construite sur Paris, via des partenariats avec des écoles et des centres de formation locaux. C’est pourquoi pour l’instant, nous souhaitons surtout consolider notre business sur Paris et l’Île de France, où il y a encore beaucoup à faire.

Pourquoi ne pas vous positionnez sur le marché de l’extra comme Brigad ou Extracadabra ?

Essentiellement pour deux raisons. D’abord parce que c’est un marché où il n’est pas simple de satisfaire le client, du fait du caractère urgent de son besoin et du profil même des candidats. Lorsqu’un restaurateur recherche un extra, il y a 50% de chances pour que le candidat ne se présente jamais à l’entretien. Or, comme il s’agit généralement d’une urgence, le client se retrouve « piégé ».
Ensuite parce que le business model de l’extra est compliqué et fragile. La plupart de ces sociétés se rémunèrent selon un % du tarif horaire. Sur un extra payé 12€ de l’heure qui travaille 4 heures de temps, elles doivent percevoir quelque chose comme 4€ ou 5€… Sur ce marché, tout est donc une question de volume. Nous avons préféré faire le choix de la qualité plutôt que de la quantité.

Selon vous, pourquoi les employeurs du secteur CHR rencontrent des difficultés de recrutement supérieures à celles de la moyenne des métiers, comme le rappelle l’enquête Pôle Emploi sur les métiers de l’hôtellerie et de la restauration ?

La typologie des candidats a clairement changé. Il y a encore 10 ou 15 ans, une personne qui se lançait dans le secteur de l’hôtellerie / restauration le faisait par passion ou par intérêt. La nouvelle génération, les fameux millennials, sont des zappeurs : ils travaillent pour s’acheter le nouvel iphone, et puis s’arrêtent lorsqu’ils ont assouvi leur désir d’achat. Il est plus difficile de les fidéliser et de les satisfaire sur le long terme.
Je pense aussi que certains professionnels se sont mal comportés avec les salariés, ce qui a contribué à générer un climat tendu. Nombreux sont ceux qui veulent des candidats qui présentent bien physiquement, qui s’expriment bien en français et si possible aussi en anglais, qui s’adaptent à des horaires complexes… le tout pour 1400€ par mois. A ce salaire, il est quasi impossible d’habiter Paris, et quand on habite la banlieue, qu’on travaille sur Paris sur avec des horaires en coupure, ça implique de longs trajets en transport en commun. Du coup, les candidats sont toujours en veille active, prêts à abandonner un poste pour un autre plus près de chez eux, mieux rémunéré.
Nous n’avons évidemment pas la prétention de résoudre cette problématique, mais à notre échelle, nous y contribuons : en 2 ans, Recrute Minute a permis à 700 candidats de trouver un CDI.

Notre avis sur la solution Recrute Minute

Les plus :

  • Une base de données qualifiée de plus de 10 000 candidats
  • Une cellule Ressources Humaines intégrée
  • Une interface simple et intuitive
  • Pour tester la solution, l’hôtelier ou le restaurateur peut effectuer des recherches sans être abonné (les profils des candidats apparaissent alors sans noms et coordonnées)
  • Un service de conseil & coaching auprès des candidats
  • Des partenariats avec les principaux centres de formation des métiers CHR
  • Un partenariat avec le Synhorcat
  • Pas de frais de service pour les mises en relation ou de % de commission prélevé sur le salaire du candidat

Les moins :

  • Uniquement disponible sur Paris et Île de France
  • Pas de possibilité de souscrire à un abonnement autre que 1 ou 12 mois
  • Une présence en ligne qui mériterait d’être actualisée et renforcée : référencement naturel, tutos vidéo…