halles-gourmandes-better-primeur
Géraldine Malet

Géraldine est passionnée par l'écriture, le marketing et la communication.

Halles Gourmandes, resto-marché, primeur amélioré… Quel est votre positionnement ?

Nous sommes avant-gardistes dans ce qui est aujourd’hui appelé Halles Gourmandes. On pourrait nous mettre cette étiquette et bien d’autres encore comme Street Food Market, Food Court ou Marché Couvert. Avant tout, nous sommes un lieu de vie avec la nourriture et les bons produits au cœur de notre système.

Vous avez une forte amplitude horaire. Quels sont les moments clés de consommation chez Better Primeur ?

Nous vivons le midi par de la restauration « street food » allant du sandwich aux assiettes de poisson, en passant par la salade, la pizza, les pâtes fraîches ou encore les burgers. En fin de journée, nos clients viennent acheter leurs produits frais. Nous sommes proches d’un commerce de proximité mais avec une vraie offre primeur, une vraie offre charcuterie fromagerie avec des produits en provenance directe d’Espagne, une épicerie et une cave et une vraie boulangerie. Enfin, les afterworks des mercredis, jeudis et vendredis constituent le 3ème moment de vie chez Better Primeur. Soirées à thèmes pour le grand public ou soirées privatisées viennent parfois animer ces afters, où le bar et l’offre « planches » sont alors mis à l’honneur.

concept-restaurant-original

Quel est le lien entre ces 3 moments de vie ?

Les produits frais, de qualité, sélectionnés avec soin, préparés et cuisinés sur place sont le point commun à ces trois tranches de vie. Notre pain est fait sur place par nos boulangers, les fruits et les légumes qui servent au salad’ bar, à l’offre snacking ou en cuisine sont découpés chaque matin et sont de même qualité que ceux vendus chez notre primeur. Nos pâtes à pizza sont faites sur place, tout comme le pain burger. En termes d’approvisionnement, nous travaillons en direct avec les MIN de Lomme ou avec des producteurs de Lesquin ; Aussi, nous revoyons chaque mois notre gamme épicerie afin de répondre aux nouveaux besoins de la clientèle. Enfin, notre sélection en cave correspond à une offre de brasseurs artisanaux, pour la plupart locaux.

approvisionnement-restaurant-fruits-legumes-locaux

Les frères Duez sont à l’origine du concept. Comment ont-ils eu l’idée de créer cet espace de vie ?

Une création d’entreprise part bien souvent d’une frustration ou d’une envie. Better Primeur est la réponse aux deux. Une frustration d’être dépendant de chaînes de restaurations rapides, ou non, qui travaillent des produits surgelés ou de faible qualité. Et une envie : retrouver un lieu où l’on peut à la fois manger différents types de cuisines et acheter les bons produits qui ont servi à concocter ces plats.

Qu’est ce qui, dans leur parcours respectifs, les prédestinait à créer Better Primeur ?

D’abord, ils sont tous les trois diplômés en gestion d’entreprise, et ont tous les trois vécu à l’étranger. Auparavant, Pierre travaillait comme commercial, Marc comme consultant en management et Jacques a très tôt choisi d’entreprendre. Ce qui les a rassemblé ce sont les créations de CRECHES 1,2,3 SOLEIL par Pierre et Marc et CLUB-SERVICES CONCIERGERIE pour Jacques. Après la revente en 2014 de l’activité de crèches, une nouvelle envie d’entreprendre et un nouveau défi les taraudaient. Ils ont bien senti l’évolution des besoins alimentaires et se sont engouffrés dans cette voie dès avril 2014.

Vous avez aidé les frères Duez à monter et piloter le projet, d’abord comme chef de projet puis comme directeur général. A quelles difficultés avez-vous été confrontés pour donner vie à Better Primeur ?

Les difficultés auxquelles nous avons été confrontées sont essentiellement liées à la nature même du concept. D’une part, lancer un projet aussi novateur sans casser les codes de façon trop brutale était un véritable défi. D’autre part, nous avons dû trouver une solution informatique (de gestion et d’encaissement) polyvalente, à même de répondre à nos besoins à la fois pour le magasin et pour le restaurant… Deux défis que nous avons su relever avec succès.

Comme vous le rappelez très justement, vous avez cassé les codes, à la fois de la distribution, mais aussi de la restauration. Comment les Villeneuvois ont-ils accueilli le concept ?

Bien… et mal ! Bien car l’endroit et l’atmosphère plaisent : faire ses courses chez Better Primeur est une expérience plus agréable que d’aller dans un endroit froid, aseptisé et impersonnel. Et mal, car c’est toujours compliqué de rompre avec les habitudes, surtout lorsque les exigences clients sont élevées.

En quoi votre cuisine est-elle du « snacking gastronomique », un terme utilisé sur votre site Internet ?

Gastronomique n’implique pas forcément des prix astronomiques. Cela permet simplement de rappeler que nous n’utilisons que des bons produits dans toutes nos préparations. Le snacking permet d’évoquer la notion de rapidité, de commodité et de cuisine simple et accessible. Chez Better Primeur, vous pouvez trouver des bons sandwichs pour moins de 4€, des salades faites sur-mesure pour moins de 6€ ou encore des pizzas à moins de 12€. C’est en cela que notre cuisine est du « snacking gastronomique », une autre façon d’évoquer le « fast good ».

En plus de votre offre à consommer sur place et à emporter, vous proposez un service de livraison via Uber Eats. Est-ce une volonté claire que de développer l’offre livrée ?

70% des ventes restauration proviennent aujourd’hui de l’offre à consommer sur place. Better Primeur est donc avant tout une expérience à vivre sur place. Néanmoins, nous trouvons une réelle pertinence à proposer une offre de livraison : les clients sont demandeurs, et le choix de travailler avec Uber Eats s’est fait assez naturellement… Ils sont aujourd’hui devenus le Coca Cola de la livraison : difficile de faire sans, même si nous aimerions pouvoir nous en passer.

uber-eats-better-primeur-livraison

Pourquoi avoir entamé de nouveaux travaux au mois d’août, moins de 2 ans après l’ouverture ?

Nous avions besoin de réaligner le concept sur les besoins réels. En effet, l’offre restauration s’est recentrée sur des plats simples et plus basiques. De l’autre côté, nous avons mis en pause l’offre boucherie et poissonnerie. Ces deux boutiques trouvaient leur clientèle mais pas à un volume suffisant. Nous avons aussi revu l’aménagement des lieux avec un repositionnement du bar et avons créé des espaces plus cosy.

Better Primeur a-t-il vocation a rester un lieu unique, ou avez-vous la volonté et l’ambition de dupliquer l’offre ailleurs en France ?

Nous sommes sur un créneau porteur, avec une ambiance, une qualité et une offre qui plait. Nous avons donc la volonté de dupliquer le modèle. Deux ouvertures sont d’ailleurs prévues d’ici à 2020, dans des zones de trafic plus important que La Cousinerie. En attendant, nous voulons continuer de stabiliser le concept, d’ancrer nos points forts et de renforcer les points de faiblesse. Nous comptons beaucoup sur le succès des afterworks, et misons notamment sur l’arrivée de générateurs de trafic supplémentaires grâce à des « pop-up », des cuisines éphémères, ou permanentes, proposant une offre complémentaire à celle de Better Primeur. D’ici quelques semaines, nous accueillons par exemple une cuisine thaïlandaise et une cuisine mexicaine… De quoi continuer à surprendre nos clients, et continuer de ravir leurs papilles avec des saveurs venues d’ailleurs !

Horaires d’ouverture Better Primeur
lundi,  mardi: 11h00 – 15h00 // 17h00 – 19h30
mercredi, jeudi, vendredi: 11h00 – 15h00 // 17h00 – 23h00