Géraldine Malet

Géraldine est passionnée par l’écriture, le marketing et…

Aimer cuisiner pour les autres, aimer accueillir et recevoir sont des qualités essentielles à tout bon restaurateur, mais c’est une profession exigeante, qui nécessite d’autres compétences clés pour celui ou celle qui souhaite se démarquer durablement : être un bon gestionnaire (des ratios, de l’hygiène et des réglementations, de l’humain…) et un bon marketeur.

Vous intéressez-vous aux dernières actualités et tendances de votre marché ? Êtes-vous visible en ligne ? Avez-vous investi les réseaux sociaux ? Savez-vous motiver et impliquer vos équipes ?

Pour savoir quel marketeur vous êtes pour votre restaurant, répondez aux 18 questions ci-dessous et découvrez où vous en êtes aujourd’hui, et quel chemin vous devez encore parcourir pour libérer le super marketeur qui sommeille en vous ! Bonne chance, et n’oubliez pas de rester honnête, personne ne vous jugera (en dehors de vous-même) !

1. Pourquoi avez-vous choisi le secteur de la restauration ?

  1. Je suis passionné(e) par la cuisine et la gastronomie depuis toujours, et j’aime l’idée de pouvoir faire plaisir aux autres
  2. Pour l’argent, La restauration, ça peut rapporter gros !
  3. Ce n’était pas par choix ; c’est le hasard qui a en quelques sortes décidé à ma place.
  4. Pour entreprendre …j’aurais tout aussi bien pu être fleuriste ou libraire, tant que cela m’amenait à créer !

2. En tant que gestionnaire et restaurateur, à quel critère apportez-vous le plus d’importance pour choisir vos matières premières ?

  1. Le prix, pour proposer des tarifs plus bas que mes concurrents.
  2. La qualité. Ce sont les bonnes choses qui font revenir le client.
  3. La qualité pour les ingrédients phares, et pour les autres, une qualité moindre, à moindre coût.
  4. Je ne sais pas. Ce n’est pas moi qui choisis mes matières premières, j’ai délégué cette tâche à un membre de mon équipe.

3. Quel genre de recettes peut-on trouver dans votre restaurant ?

  1. Des recettes créatives et surprenantes.
  2. Uniquement des recettes testées et approuvées, celles qui me permettent de garantir des ventes à coup sûr.
  3. En plus des recettes classiques, nous proposons des recettes originales et inventives, inspirées des tendances dénichées ici et là…
  4. C’est au gré de mes envies et de mes humeurs.

4. SEO ou Search Engine Optimization, c’est…

  1. Une technique de fixation des prix.
  2. Une technique de référencement naturel.
  3. Une application développée par Google.

5. Pour rester connecté(e) aux dernières tendances et actualités de votre marché, vous :

  1. êtes abonné(e) à un (ou plusieurs) titres de magazines et revues spécialisées,
  2. épluchez le web, et surfez sur les réseaux sociaux en quête des derniers articles sur les tendances culinaires et les derniers outils de communication disponibles sur votre secteur d’activité,
  3. participez à un ou plusieurs salons chaque année,
  4. Rien de tout ça, vous n’avez pas le temps !

6. Spontanément, seriez-vous capable de citer les articles les plus rentables dans votre carte ?

  1. Tout à fait. Les voilà !
  2. Hum…bonne question !
  3. J’ai une vague idée.

7. Lorsque vous avez créé votre carte, quelle était votre objectif principal ?

  1. Minimiser les coûts de création et d’impression le plus possible.
  2. Informer mes clients de ce qu’ils peuvent trouver dans mon restaurant.
  3. Avoir un graphisme qui attire l’œil de mes clients, en faisant plus particulièrement ressortir les articles les plus rentables.
  4. Je n’avais pas vraiment d’objectif, tout restaurant doit avoir une carte, c’est aussi simple que ça !

8. Vos employés ont-ils testé les plats et les recettes proposées à la carte de votre restaurant ?

  1. Oui, j’encourage mes employés à se familiariser le plus possible avec notre cuisine et notre carte.
  2. Non, sauf si ils payent pour les goûter. Je ne suis pas un distributeur automatique !
  3. Je ne leur ai pas clairement demandé de le faire, mais nous en discutons entre nous.
  4. Ils mangent tous les jours au restaurant, ce sont donc mes premiers « clients » et je prends leurs avis très au sérieux.

9. Votre personnel propose t-il systématiquement des ventes complémentaires ?

  1. Tout à fait, ils sont formés et fortement sensibilisés à cette démarche commerciale.
  2. Je ne pense pas.
  3. Je leur demande de le faire, mais ils oublient la plupart du temps.
  4. Qu’entendez-vous par vente complémentaire ?

10. Proposez-vous des promotions lorsque votre activité est au ralentit ?

  1. Oui, ça permet de relancer l’activité.
  2. Non, ce serait me tirer une balle dans le pied !
  3. Ça dépend…

11. Connaissez-vous votre cœur de cible ?

  1. Tout à fait : j’ai développé tout mon concept autour de cette cible.
  2. Pas vraiment : « qui m’aime me suive ! ».
  3. Je vise un segment de clientèle assez large, et propose des offres capables de plaire au plus grand nombre.

12. Êtes-vous présent et actif sur les réseaux sociaux ?

  1. Oui, nous avons un compte Facebook et Twitter, et nous savons comment les utiliser !
  2. Oulala !! Je n’y comprends rien, et je n’ai guère de temps pour ces choses-là.
  3. Non, pas besoin, le bouche à oreille suffit largement.
  4. Oui, nous avons un compte Facebook…mais je ne suis pas encore très à l’aise avec tous ces nouveaux moyens de communication.

13. Votre restaurant a-t-il une charte graphique et une identité visuelle définie ?

  1. Une quoi ?
  2. J’ai un logo que m’a dessiné mon neveu (ou ami, cousin, voisin…).
  3. Tout à fait. J’ai réfléchi longuement à l’image que je souhaitais véhiculer. Tous nos outils de communication sont uniformisés pour correspondre à cette image, et je veille à ce qu’elle soit respectée.

14. Avez-vous un site Internet ?

  1. Non, je n’en ai pas l’utilité.
  2. Oui bien sûr !
  3. J’y réfléchis, mais n’ai pas encore trouvé le temps et les ressources nécessaires.

15. A quel point la propreté de votre restaurant compte-t-elle pour vous ?

  1. Nous gardons les choses en ordre, sans tomber dans l’obsession.
  2. « Ce que le client ignore ne peut lui nuire »
  3. Nous appliquons une procédure rigoureuse et minutieuse pour maintenir l’ordre et la propreté au sein du restaurant.
  4. Ce n’est pas le plus important dans un restaurant.

16. Votre personnel est-il motivé ?

  1. Pour la plupart, ils font vraiment de leur mieux.
  2. Non. Les jeunes, de nos jours, sont vraiment trop gâtés, ils n’ont plus le goût du travail.
  3. Ils n’ont pas d’autres choix que de l’être : c’est pour ça que je les paye !
  4. Oui, ils sont très motivés et je fais en sorte qu’ils le restent !

17. Vous faites évoluer votre carte au fil…

  1. Des saisons.
  2. De vos envies et de votre humeur.
  3. Des tendances culinaires que vous dénichez dans les salons et au fil de vos lectures sur des sites et des magazines spécialisés.
  4. J’ai la même carte depuis des années. Mes clients l’apprécient, je ne vois pas de raison de la faire évoluer.

18. Vos dépenses marketing et communication…

  1. Sont inscrites sur un fichier de suivi que vous tenez à jour régulièrement.
  2. Sont faites selon les opportunités qui se présentent.
  3. Vos seules dépenses en la matière sont les flyers que vous imprimez et distribuez en boite aux lettres.
  4. Je n’ai pas de dépenses marketing et communication.

A présent, comptabilisez votre nombre de points, et reportez vous aux résultats plus bas.

 

profil marketeur

57 points et + : « Félicitations, vous êtes un super marketeur ! »

super marketeur restaurant

Votre dévouement à votre restaurant et à vos clients sont des forces indéniables, que vous savez parfaitement mettre au service de votre image de marque. Vous êtes doué(e) pour la gestion d’entreprise, et avez pleinement conscience qu’un bon marketing est un ingrédient indispensable à la survie de votre entreprise sur le long terme. Vous êtes à l’écoute de vos clients, vous êtes connecté(e), vous savez vous remettre en question pour aller de l’avant, et vous vous intéressez aux nouvelles technologies et aux outils de communication disponibles dans votre secteur d’activité. Félicitations, continuez comme ça !

Entre 45 et 56 points : « Pas mal du tout ! »

Vous avez le sens des affaires, et, malgré un emploi du temps chargé, vous tentez de rester à l’écoute des dernières tendances et des derniers outils marketing… bravo !
Attention néanmoins car en voulant parfois aller trop vite, vous pouvez passer à côté de l’essentiel…Tentez dès à présent de vous mettre à la place de vos clients : regardez votre menu avec les yeux d’un nouveau client, inspectez vos locaux comme le ferait votre tante Berthe, reine de la maniaquerie, essayez de trouver votre restaurant sur internet sans taper son nom directement dans le moteur de recherche, utilisez les toilettes de votre restaurant, goûter vos plats, …Tirez les conclusions nécessaires, passez à l’action pour corriger le tir quand nécessaire, et n’oubliez pas de refaire l’expérience à nouveau dans 3 ou 6 mois, les habitudes ont parfois la vie dure !

Entre 33 et 44 points : « Peut mieux faire ! »

améliorer marketing

Vous travaillez dur pour maintenir le bon fonctionnement de votre restaurant, mais vous vous laissez déborder par l’ampleur de la tâche. N’ayez pas peur de déléguer, ou de demander de l’aide à vos employés, par exemple, pour démarrer votre activité sur les réseaux sociaux. Le fait d’accorder votre confiance à certains stimulera leur fierté de travailler pour votre enseigne. En les impliquant dans certaines prises de décisions, vous boosterez leur motivation et leur loyauté envers vous et envers votre restaurant, et parviendrez alors à vous dégager du temps pour vous tenir informé(e) des dernières tendances culinaires ou marketing, trouver de nouvelles idées capables de dynamiser votre activité, ou simplement pour prendre le recul nécessaire pour vous renouveler et surprendre vos clients comme au premier jour… Alors, qu’attendez-vous ?

32 points et moins : « La route est encore longue ! »

Vous avez encore un long chemin à parcourir. Une bonne nouvelle toutefois : vous disposez de nombreuses ressources encore inexploitées : améliorer le graphisme de votre carte, développer votre présence sur internet (réseaux sociaux, site internet, commande en ligne…), améliorer l’expérience clients (temps d’attente, propreté, services proposés, formation du personnel…). Un marketeur sommeille quelque part en vous : alors qu’attendez-vous pour éveiller et libérer votre plein potentiel ?